Les Visages Ecrasés / Carole Matthieu en salle le 7 décembre 2016

1 novembre 2016

affiche-carole-matthieu1

L’adaptation des Visages écrasés (Trophée 813 du Meilleur roman francophone 2011, Grand Prix du Roman Noir 2012 du Festival international du film policier de Beaune, Grand Prix du Festival du Polar 2012 des lecteurs de Villeneuve lès Avignon), par le réalisateur Louis-Julien Petit, à qui l’on doit le fantastique Discount, sera diffusée le vendredi 18 novembre à 20h30 sur Arte, puis sortira en salle le mercredi 7 décembre, avec Isabelle Adjani dans le rôle de Carole Matthieu, Corinne Masiero, Lyes Salem, Ola Rapace, Sarah Suco, Pablo Pauly, Arnaud Viard, Marie-Christine Orry, Sébastien Chassagne, Patricia Pekmezian - la fiche complète du film ici et les coordonnées du distributeur, Paradis Films, .

En douce, paru le 24 août 2016…

12 juillet 2016

En douce Marin Ledun Ombres Noires

—————

Prix Transfuge du Meilleur Polar 2016

—————

« Sud de la France. Un homme est enfermé dans un hangar isolé. Après l’avoir séduit, sa geôlière, Émilie, lui a tiré une balle à bout portant. Il peut hurler, frapper, elle vit seule dans son chenil, au milieu de nulle part. Elle lui apprend que, cinq ans plus tôt, alors jeune infirmière, elle a été victime d’un chauffard. L’accident lui a coûté une jambe. Le destin s’acharne. La colère d’Émile devient aussi puissante que sa soif de vengeance.
En douce est un roman sombre, dévastateur, où l’injustice se heurte à la force de vie d’une héroïne lumineuse. »

—————

« Un des meilleurs représentants de ces quadragénaires qui revitalisent le polar en lui donnant un caractère social » (Yann Plougastel, Le Monde)

« Marin Ledun, porte-voix hypersensible des laissés-pour-compte, grand écrivain des femmes et de leurs blessures, est à son apogée. » (Elise Lépine, Transfuge).

« En douce représente ainsi une fort belle alliance entre thriller tendu et roman noir social. C’est une incontestable réussite. » (Yan Lespoux, Encore du Noir)

« Comme dans le Misery de Stephen King, Marin Ledun parvient à tenir le lecteur en haleine avec une écriture beaucoup plus ample et maîtrisée que lors de ses précédents romans. Comme l’auteur de Shining, le Français parvient à créer de la tension avec pas grand-chose. C’est l’un des tours de force stylistiquement parlant de cet étouffant En douce. » (Philippe Manche, Le Soir)

« Un roman noir au style sans fioriture, une histoire simple portée par des sentiments complexes, une réussite dans le genre. » (François Estrada, L’Echo)

« En Douce est un rituel de passage, un passage en douce dans une explosion de fureur. » (Frédéric Fontès, 4 De Couv)

« On pourrait penser a? Misery de Stephen King. A? l’e?gal du mai?tre ame?ricain, Marin Ledun manie avec talent le suspense et une fin apocalyptique et insoupc?onne?e. En y ajoutant une conscience sociale qui ajoute de l’e?paisseur a? son texte. Quand la vengeance devient une revanche sur la vie… » (Jacques Lindecker, L’Alsace)

« Une plume excellente au service d’une histoire de vengeance. Excessivement bien construit. » (Sylvie Brachet, Le Populaire du Centre)

« En douce est un roman sombre, humain, fou. » (Cali Rise, Impudique Magazine)

« Un portrait terriblement humain » (Claude Le Nocher, Action Suspense)

« Marin Ledun continue d’analyser avec précision les dérives de notre société qui laissent au bord du chemin des humains, vous, moi, nos frères, les vrais assassins ne sont pas à la une des faits divers ! » (librairie Vaux Livres)

« Un émouvant roman noir. » (Philippe Blanchet, Rolling Stones)

« Marin Ledun nous livre un roman noir à caractère social, une petite pépite ! » (Pierre-Marc Panigoni, Zone Livre)

Sortie de LUZ en format poche (J’ai Lu)

24 juin 2016

Luz J'ai Lu Marin Ledun

A paraître chez J’ai Lu, le 24 août 2016.

———————–

Premier dimanche des vacances d’été. Luz claque la porte de chez elle, furieuse après ces adultes qui restent à table jusqu’au milieu de l’après-midi, qui rient et qui boivent trop. Légèrement grisée par le soleil brûlant, l’adolescente gagne les rives de la Volte où se prélassent des groupes de baigneurs. Elle rencontre bientôt Thomas, un élève de troisième qu’elle connaît peu mais qui lui plaît, accompagné d’une amie. Tous trois décident de se rendre jusqu’à un point d’eau difficile d’accès, mais beaucoup moins fréquenté…

—————

« Le roman est entre chien et loup, lumineux et inquiétant. Le décor est somptueux — on pense à l’Ardèche, le soleil éblouissant. Un peu trop peut-être. Assommée par la chaleur, la chair trop grasse et l’abus d’alcool, la famille se vautre dans l’après-midi qui n’en finit plus. Luz, 14 ans, échappe aux mains baladeuses d’un ami de son père, s’enfuit vers la rivière. Et s’aventure avec un couple de copains loin dans les gorges, dans une zone tranquille, difficile d’accès. La lumière se fait tranchante, l’ambiance moite, la nature dangereuse. Et la situation de plus en plus confuse quand ils rencontrent un groupe de jeunes de leur âge. La phrase, par contraste, est claire, précise, attentive aux détails. Elle distille peu à peu une angoisse palpable. Luz n’est plus une enfant, pas encore une femme. Ses émotions l’enivrent et la déconcertent ; le regard des autres, la brutalité du désir des garçons la piquent et l’embarrassent. Et le roman dit, avec une belle justesse, l’ambiguïté de l’interdit, la nécessité aussi, pour se construire, de tester les limites. » (Télérama, 17 avril 2012, par Michel Abescat)

———————–

Quelques pas de danse…

16 novembre 2015

Quelques_pas_de_danse_Marin_Ledun

————————————–

Paru dans le recueil DUR(E)S A CUIRE, édité par La Noiraude, novembre 2015.

Au fer rouge…

11 décembre 2014

Paru le 14 janvier 2015 aux éditions Ombres Noires.

Au fer rouge Marin Ledun

Madrid, 11 mars 2004, dix bombes explosent dans des trains de banlieue. Rescapée, le lieutenant Emma Lefebvre œuvre pour que justice soit faite. Dix ans plus tard, une valise contenant le cadavre d’un trafiquant de drogue est découverte sur une plage landaise : l’heure est venue de régler les comptes. Emma s’attaque alors à une véritable organisation mafieuse, avec à sa tête l’officier de police Javier Cruz, seigneur de l’antiterrorisme. Des rives du fleuve Nervión aux bas-fonds de Bayonne, des banlieues déshéritées madrilènes aux palaces de la côte basque, la corruption n’a pas de frontières.

L’homme qui a vu l’homme (J’ai Lu)

11 décembre 2014

Paru le 14 janvier 2015 aux éditions J’ai Lu.

L'homme qui a vu l'homme J'ai Lu

—————

Pays basque nord, Janvier 2009. La tempête Klaus vient de s’abattre sur la façade atlantique. Les rumeurs autour de la disparition d’un militant basque, Jokin Sasco, enflent. Iban Urtiz, reporter, comprend que cette affaire n’est pas un cas isolé. La jeune Eztia, soeur du disparu, lui ouvre les portes d’un monde de mensonges et de trahisons où enlèvements, tortures et séquestrations sont devenus les armes de l’ombre. Tandis que deux tueurs tentent d’étouffer la vérité, la vie d’Iban bascule dans une guerre sans pitié qui ne dit pas son nom.

—————-

« Un roman remarquable. » (Macha Séry, Le Monde)

« Aussi sec, rythmé et addictif qu’une bonne série. » (Sabrina Champenois, Libération)

« Une perle. » (Michel Dufranne, RTBF)

« Marin Ledun garde un rythme vif et ne perd jamais son lecteur dans cette histoire qui se place toujours du côté des victimes. » (Michel Abescat, Télérama)

« Il v a un style Marin Ledun. » (Sébastien Lapaque, Le Figaro Littéraire)

« Un polar parfait, où chaque pion avance vers un drame inéluctable. » (Christophe Laurent, Nice Matin)

« Tout simplement immanquable ! » (Didier Coviaux, Librairie Le comptoir des mots)

« Ce roman moderne, rythme ct clair, nous enlace dans un noeud de vipères où, de l’Etat français aux paramilitaires espagnols en passant par des militants peu scrupuleux, chacun joue sa propre partition, loin de la vérité. Bluffant » (Jérôme Carron, Points de vue)

—————

L’homme qui a vu l’homme

28 octobre 2013

A paraître le 15 janvier 2014 aux éditions Ombres Noires.

L'homme qui a vu l'homme Marin Ledun

Pays basque nord, Janvier 2009. La tempête Klaus vient de s’abattre sur la façade atlantique. Les rumeurs autour de la disparition d’un militant basque, Jokin Sasco, enflent. Iban Urtiz, reporter, comprend que cette affaire n’est pas un cas isolé. La jeune Eztia, soeur du disparu, lui ouvre les portes d’un monde de mensonges et de trahisons où enlèvements, tortures et séquestrations sont devenus les armes de l’ombre. Tandis que deux tueurs tentent d’étouffer la vérité, la vie d’Iban bascule dans une guerre sans pitié qui ne dit pas son nom.

« Un roman remarquable. » (Macha Séry, Le Monde)

No limite (Les visages écrasés, Brésil)

24 octobre 2013

La traduction brésilienne des Visages écrasés, NO LIMITE, paraîtra le 1er novembre 2013, aux éditions Alaúde :

No limite

Dans le ventre des mères (J’ai Lu)

2 août 2013

Le 11 septembre 2013, sortie chez J’ai Lu de Dans le ventre des mères en format poche.

Dans le ventre des mères Marin Ledun J'ai Lu

Que ta volonté soit faite…

4 juillet 2013

A paraître le 18 juillet dans la collection “Les petits polars du Monde”, illustrations de Jean-Claude Götting :

que ta volonté soit faite marin ledun